Quand une famille se sépare de son poste de télévision

Auteur

Année de publication

2008

Cet article est paru dans

148.png

La famille Marchand-Paris n’a plus de poste de télévision depuis 1996 : petite interview familiale.

ANV : Quand avez-vous pris votre décision ?

Anne (la mère) : En 1996, nous avions déjà nos quatre enfants : Quentin (2 ans), Louise (8 ans), Élodie (13 ans), mais Marion (11 ans) se comportait comme un « légume » devant le poste de TV qu’elle regardait dès le retour de l’école quelque soit l’émission. J’ai considéré ne plus être capable de gérer le temps des enfants devant le poste !

Marion : Je connaissais les règles : choisir une émission et pas plus d’une heure, mais je la regardais en cachette et Maman s’en est rendu compte.

François (le père) : J’avais essayé de munir le poste d’une prise électrique anglaise pour en contrôler l’accès, mais nos filles ont subtilisé l’adaptateur ! Je voulais continuer à regarder les infos de 22 heures sur FR3, mais, les charniers de Bosnie aux actualités, alors que les enfants n’étaient pas encore couchés, ont emporté la décision définitive : plus de télé, du tout.

 

ANV : Comment avez-vous expliqué votre choix de parents ?

Anne : J’ai insisté sur l’importance de choisir ce que l’on regarde, comme pour un livre.

Marion : Je n’ai pas eu beaucoup d’explications, mais je savais que c’était beaucoup à cause de moi.

 

ANV : Que faisiez-vous du temps ainsi libéré ?

Marion : Je tournais en rond.

Louise : Je ne me souviens plus.

Élodie : Je n’ai pas eu de sentiment de temps « libéré » car je ne regardais pas beaucoup la télé, ou je ne m’en souviens plus !

Tous : beaucoup plus tard, nous avons pris l’habitude de discuter beaucoup à table, parfois plus d’une heure après la fin du repas.

 

ANV : Les enfants ont-ils souffert de ne pas avoir les mêmes discussions que d’autres enfants au sujet de certaines émissions ?

Marion : Oui, à l’époque, nous avions peu de conversation dès que nous parlions des dessins animés.

Louise : On m’a même demandé si j’avais l’eau courante et l’électricité à la maison… !

Quentin (qui n’a jamais connu la télé à la maison) : On ne parle jamais des émissions de télé à l’école, on parle plutôt jeux vidéos et Internet.


ANV : vos enfants ont-ils rusé pour voir des émissions ?

Tous les enfants : On a longtemps cherché le poste, dans tout l’immeuble, mais il était drôlement bien caché, 12 ans après, on ne l’a toujours pas trouvé !

Élodie : Pour mes 18 ans, toutes mes amies m’ont offert un poste télé !

Marion : J’allais voir la télé chez ma meilleure amie.

Louise : Maintenant, mes meilleures copines sont comme moi, sans télé ; nous avions sans doute quelque chose en commun.

 

ANV : Vos enfants, grands maintenant, regrettent-ils ce choix ?

Tous : Non, on s’en fiche.

Marion (23 ans) : Non, même que je ne la veux pas chez moi plus tard !

Louise (19 ans, la « fan de cinéma ») : Je préfère un grand écran avec un lecteur DVD pour visionner les films.

Élodie (25 ans) : Je crois que le seul désavantage tient au manque d’éducation face à l’image animée. J’ai du mal aujourd’hui à me protéger et suis incapable de regarder un film d’horreur. Je n’ai pas le recul suffisant, face à l’écran, pour ne prendre que le plaisir des images.


ANV : Et avec le recul du temps ?

François : Je lis plus les journaux. Mais aujourd’hui, l’ordinateur a supplanté la télé qui s’est banalisée chez les enfants. Dans les cours de récréation, on ne parle pas plus des émissions de télé que de celles de la radio. Les enfants de l’âge de Quentin (14 ans) parlent de MSN et surtout des jeux en lignes, ce qui pose de nouvelles questions.

Anne : Je n’ai aucun regret, au contraire. Peutêtre que je reprendrai un poste de télé quand les enfants seront tous partis de la maison. Je lis cependant Télérama toutes les semaines. Nous avons limité le temps sur l’ordinateur à 1 heure par jour (par autocontrôle) et ça marche à peu près ; mais quand c’est pour un travail scolaire, il y a priorité de l’accès à l’ordinateur familial et pas de limite de temps.


Article écrit par .

Article paru dans le numéro 148 d’Alternatives non-violentes.