Auteur

François Vaillant

Année de publication

2003

Cet article est paru dans

127.jpg

C’est certainement aussi pour le charme de la philosophie qu’ANV a tenu cet été un stand de presse, au rassemble- ment sur le Larzac contre la mondialisation néolibérale 1 !

Ma surprise a été de constater que la très grande majorité des partici- pants à ce rassemblement avait entre 18 et 30 ans, étudiants, chômeurs ou jeunes salariés. Le stand d’ANV n’a jamais désempli. On s’y pres- sait. Rarement j’ai pu autant ressentir combien le terme non-violenceattire, questionne les 18-30 ans. Ils savent intuitivement que la violence n’est jamais une bonne solution. Ils pressentent fort bien que le termenon-violence — qui flottait au vent sur notre banderole — a le mérite de signifier d’emblée non à la violence. Cette nouvelle génération demande des formations très concrètes à l’action non-violente et, comme chacun le sait, elle n’est pas prête à se faire récupérer politiquement. Ces trois jours sur le Larzac ont été rythmés par de la musique, mais plus encore par des rencontres, des échanges, des dialogues, dignes de la maïeutique socratique.

S’il est vrai que la non-violence est une sagesse à découvrir puis à entretenir, comment les philosophes en parlent-ils ? Force est de consta- ter que la non-violence, élaborée et vécue par Gandhi, n’a pas été jugée digne d’un grand intérêt par l’ensemble des philosophes du XXe siècle.

Les « Jean-Paul Sartre » et les structuralistes de tous poils ont entretenu à l’égard de la pensée et des méthodes d’actions de Gandhi une ignorance volontaire. Il en va différemment des personnalistes et de quelques autres penseurs comme Paul Ricœur. Ils l’ont considérée seulement de loin, ce qui est regrettable.

En fin de compte, seuls quelques philosophes et penseurs se sont démarqués de l’air du temps : Éric Weil, Annah Arendt, Emmanuel Levinas, René Girard... C’est pourquoi ce numéro est tout d’abord consacré à leurs apports pour comprendre la philosophie de la non- violence. Il est parfois difficile d’aborder les œuvres de ces grands noms du XXe siècle. L’avantage de ce numéro d’ANV est certainement de présenter la pensée de ces auteurs avec pédagogie et pertinence, pour le sujet qui nous intéresse.

François VAILLANT

1) Les numéros les plus demandés ont été dans l’ordre

La Désobéissance civile, Sanctionner sans punir, Quelle mondialisation ?, et bien entendu la fameuse affiche les Cent dates de la non-violence au XXe siècle. De plus Alain Refalo est intervenu sur la question de la désobéissance civile lors d’un forum-débat réunissant sept cents personnes. Merci encore à Christian Brunier et aux nombreux lecteurs d’ANV qui ont tant aidé à tenir ce stand de presse mémorable.


Article écrit par François Vaillant.

Article paru dans le numéro 127 d’Alternatives non-violentes.